Hier soir, en surfant sur le net,  je suis tombée par hasard  sur "De la drogue dans nos assiettes"un film documentaire de Rémy Burkel et Sylvie Deleule très intéressant. Cette petite production ne dure seulement que cinquante-trois minutes, un petit laps de temps pendant lequel j'ai appris beaucoup de choses et vu des images qui ont suscitées en moi plusieurs réactions, de l'incrédulité au dégoût en passant par l'impuissance. Bref, toute une prise de conscience.   

 Les nouvelles technologies, l'espérance de vie, le concept de travail et de loisir, le rôle des femmes et notre présence dans le marché du travail, les conditions d'hygiène, les découvertes scientifiques, le concept de consommation et d'exploitation des ressources et d'autres facteurs ont influencé et chamboulé complètement d'une façon ou d'une autre la manière de sentir, penser et vivre de la société à laquelle on appartient. Si l'on compare les comportements alimentaires de nos grands-parents et de nos lointains ancêtres avec ceux de la société actuelle, il y a une différence abyssale.

À l'époque, les grandes surfaces et les produits tout préparés des poids lourds du secteur agro-alimentaire industriel étaient une toute petite minorité face aux épiceries, aux places de marché remplies d'étals et aux bons petits plats mijotés longuement dans les marmites d'antan. La situation a peu à peu changé grâce à/à cause de la publicité et des médias. À coup de slogans de plus en plus élaborés, la "Sainte Trinité" formée par les acteurs de l'industrie agro-alimentaire (et pharmaceutique aussi), de la politique et de l'économie a su modifié pour ainsi dire nos consciences, nos goûts, nos choix, nos buts, etc. 

Avant, nous mangions par pure nécessité, maintenant face à toute cette profusion de produits divers qui nous est offerte, nous choisissons les aliments ou, plutôt,  nos poisons (étant donné que beaucoup le sont malgré leur apparence "inoffensive") selon nos envies, pour assouvir un plaisir gustatif ou bien combler un manque. Combien d'entre nous a su résister à l'appel de dévorer une tablette entière de chocolat au lait ou un paquet de chips après en avoir dégusté seulement une toute petite portion ? Vous serez d'accord avec moi que cela relève de l' exploit et que c'est quasiment mission impossible! Le trio salé-sucré-gras est un cocktail Molotov si je puis me permettre la comparaison. Des études récentes démontrent que les bébés ont une appréciation naturelle pour les saveurs sucrées à partir de trois mois. Outre le fait de signaler la présence d'énergie, tout ce qui a un goût sucré est bon et a un effet analgésique aussi bien sur les enfants comme sur les adultes et ceci explique bien des choses.

Évidemment, les principaux groupes de l'industrie agro-alimentaire le savent et rivalisent entre eux pour dégoter la formule magique afin de satisfaire nos papilles gustatives de plus en plus affamées/assoiffées et ainsi arrondir in crescendo leurs chiffres d'affaires. Bien sûr, il leur faut trouver la combinaison parfaite, le juste équilibre entre les différentes textures, saveurs, odeurs, intensités, etc. pour provoquer une explosion des sens dans notre palais et susciter en nous un besoin, une envie de  consommer encore et encore ce même produit.

 

Une explosion des sens... mais pas seulement olfactive et gustative, puisque tout passe d'abord par les yeux (à moins que vous soyez malheureusement aveugles) ! Qu'est-ce qui nous pousse à acheter ce paquet de biscuits et pas un autre ? La réponse : l'apparence du produit (conditionnement, emballage et design) et les stratégies de marketing appliquées dans les petites et grandes surfaces.

Mais l'apparence du produit n'explique pas pourquoi nous y sommes accros, mais sa composition oui. Colorants, conservateurs, sucres, graisses (transformées) et autres substances chimiques potentiellement nocives pour notre santé peuvent être présentes lorsqu'on lit l'étiquette. Généralement, plus la liste d'ingrédients est longue, plus c'est mauvais signe : la qualité nutritionnelle de ces "aliments" est souvent l'objet d'une remise en cause.

 Les petits pots pour bébés, les plats préparés, les sauces, la charcuterie, les boîtes de conserve, etc., vous seriez étonné(e)s du nombre de produits qui ont une haute teneur en sucres. Selon certains chercheurs, le fait d'en dépasser les apports journaliers recommandés aurait des conséquences néfastes pour la santé : diabète, accidents cardiovasculaires, dépression, dépendance, troubles de désordres alimentaires, surpoids, maladies chroniques, etc.

Beaucoup de gens ont tiré la sonnette d'alarme face à ce problème de santé publique croissant et ces publicités mensongères de groupes industriels peu scrupuleux diffusées par les médias à tout bout de champ... Mais les lobbys agro-alimentaires (et certaines formations politiques pourries par la corruption) gardent silence, tournent le dos aux consommateurs-victimes et essaient de soumettre à des chantages à tous ceux qui refusent de se plier à leurs diktats et qui proposent des solutions qui vont à l'encontre de leurs intérêts économiques. 

Bref, je vous laisse le lien et vous souhaite un bon visionnement du film documentaire... Que chacun tire ses propres conclusions...

 http://www.dailymotion.com/video/xyjw9t_de-la-drogue-dans-nos-assiettes_webcam